Hibakushas
Crédits
Retour
Crédits Les derniers hibakushas Réalisateur : Georges Tillard
Auteur : Anthony Dufour

Images : Georges Tillard et François Cauwel
Montage : Georges Tillard et Mathias Lavergne

Son : Laurent Rodier

Traductions : Keiko Aoki

Voix : Jean-Yves Huchet, Anthony Dufour, Nicolas Wiart, Aviva Fried, Mathias Lavergne, Alizee
Gonzalez, Georges Tillard, François Cauwel.

Développement et création web : www.keblow.com
Direction de projet : Czysz Fred
Développement : Guillaume Bedleem et François Bailleul
Création graphique : Vincent Hollebeke
Remerciements :
Hiroshima Peace Culture Foundation
Kenji SHIGA - directeur du Hiroshima Peace Memorial Muséum
Hiroshima Film Commission

Direction de la production : Nicolas Wiart

Production : Anthony Dufour et Jean-Yves Huchet

Avec la Participation de Arte
Direction de l’information : Marco Nassivera
Coordination rédactionnelle du projet web : Hugues Jardel
Production web : Annette Kaiser et Petra Mekaoui

Avec la participation du CNC

© Hikari / ARTE - 2015

Taeko Teramae

« Les cris des enfants sur le point de mourir et qui appelaient leur mère »

Pendant la guerre, les adolescents d’Hiroshima travaillaient souvent dans les usines ou les bureaux. Taeko Teramae, avec quelques copines, était affectée au bureau des télécommunications. Un bâtiment solide en béton, dans une ville où le bois était encore très présent. Mais un bâtiment à seulement 540 m de l’hypocentre, le « ground 0 » de l’explosion atomique. La jeune Taeko avait 15 ans, elle doit sa survie aux murs de ce bureau, mais on estime qu’environ 7000 de ces « étudiants-travailleurs » sont morts le 6 août 1945.

À découvrir à partir du 28 juillet
6 août 1945
C’est par la rivière que Takeo Teramae a fui l’horreur après le bombardement. Pour mieux la retrouver à quelques kilomètres de là dans le parc de Hidjiyama où l’on tente de soigner les blessés et soulager les agonisants. Elle a survécu alors qu’elle n’était à quelques centaines de mètres de l’explosion, mais l’intense rayonnement radioactif qu’elle a subi restera inscrit au plus profond de son ADN, provoquant au fil du temps de terribles épreuves pour sa santé.
À la mémoire des enfants
C’est jour de nettoyage autour de l’un des nombreux monuments du parc de la paix. Les amis de Taeko sont presque tous présents cet après-midi. Ils savent que Taeko va mal. Son dernier cancer l’a laissée très faible. Elle a du mal à parler, mais elle est quand même présente devant son monument, celui dédié aux enfants morts à Hiroshima.
À découvrir à partir du 28 juillet