Hibakushas
Crédits
Retour
Crédits Les derniers hibakushas Réalisateur : Georges Tillard
Auteur : Anthony Dufour

Images : Georges Tillard et François Cauwel
Montage : Georges Tillard et Mathias Lavergne

Son : Laurent Rodier

Traductions : Keiko Aoki

Voix : Jean-Yves Huchet, Anthony Dufour, Nicolas Wiart, Aviva Fried, Mathias Lavergne, Alizee
Gonzalez, Georges Tillard, François Cauwel.

Développement et création web : www.keblow.com
Direction de projet : Czysz Fred
Développement : Guillaume Bedleem et François Bailleul
Création graphique : Vincent Hollebeke
Remerciements :
Hiroshima Peace Culture Foundation
Kenji SHIGA - directeur du Hiroshima Peace Memorial Muséum
Hiroshima Film Commission

Direction de la production : Nicolas Wiart

Production : Anthony Dufour et Jean-Yves Huchet

Avec la Participation de Arte
Direction de l’information : Marco Nassivera
Coordination rédactionnelle du projet web : Hugues Jardel
Production web : Annette Kaiser et Petra Mekaoui

Avec la participation du CNC

© Hikari / ARTE - 2015

Minoru Hataguchi

« J’ai toujours essayé de cacher mon statut d’hibakusha »

À 69 ans, Mr Hataguchi est aujourd’hui à la retraite. Irradié dans le ventre de sa mère, il a échappé au sort douloureux de ces foetus, irradiés comme lui, mais qui sont nés avec des symptômes tels que la microcéphalie. Malgré la mort de son père lors du bombardement, il a vécu une vie aussi normale que possible, devenant un fonctionnaire à la mairie de la ville. La blessure de M. Hataguchi, elle est surtout psychologique. Il a longtemps eu du mal à accepter sa condition d’hibakusha. Il a jusque très récemment refusé de présenter son livret d’irradié lorsqu’il devait se faire soigner.

À découvrir à partir du 28 juillet
6 août 1945
Monsieur Hataguchi nous reçoit chez lui dans une jolie maison située à Miyajimaguchi, en banlieue d’Hiroshima.
Dans le salon, avec du thé, sa femme se fait discrète devant les caméras. Mr Hataguchi n’aime pas parler de son passé d’hibakusha devant elle. Pourtant, il a récemment pris conscience de l’importance de transmettre son histoire… Alors il transmet avec beaucoup de détails son expérience et celle de ses parents. L’ouverture des albums photo de sa famille ravive des plaies toujours douloureuses.
Séance de Kiné à Miyajimaguchi
Les conséquences physiques de l’irradiation prennent parfois des années pour se manifester. Bien sûr, le risque le plus connu est celui du cancer. Mais les hibakushas subissent également d’autres conséquences médicales : maladies cardiaques, osseuses, digestives, pulmonaires, cataracte, etc. Chez M. Hataguchi, c’est un problème de colonne vertébrale qui a été inscrit sur son carnet d’hibakusha comme conséquence de l’irradiation.
À découvrir à partir du 28 juillet