Hibakushas
Crédits
Retour
Crédits Les derniers hibakushas Réalisateur : Georges Tillard
Auteur : Anthony Dufour

Images : Georges Tillard et François Cauwel
Montage : Georges Tillard et Mathias Lavergne

Son : Laurent Rodier

Traductions : Keiko Aoki

Voix : Jean-Yves Huchet, Anthony Dufour, Nicolas Wiart, Aviva Fried, Mathias Lavergne, Alizee
Gonzalez, Georges Tillard, François Cauwel.

Développement et création web : www.keblow.com
Direction de projet : Czysz Fred
Développement : Guillaume Bedleem et François Bailleul
Création graphique : Vincent Hollebeke
Remerciements :
Hiroshima Peace Culture Foundation
Kenji SHIGA - directeur du Hiroshima Peace Memorial Muséum
Hiroshima Film Commission

Direction de la production : Nicolas Wiart

Production : Anthony Dufour et Jean-Yves Huchet

Avec la Participation de Arte
Direction de l’information : Marco Nassivera
Coordination rédactionnelle du projet web : Hugues Jardel
Production web : Annette Kaiser et Petra Mekaoui

Avec la participation du CNC

© Hikari / ARTE - 2015

Le musée de la paix d’Hiroshima

C’est le musée le plus visité d’Hiroshima, et l’un des plus connus du Japon. Une étape obligée pour tous les voyages en groupes : des scolaires au troisième âge, en passant par les entreprises, les politiques, et les anciens combattants. Un long bâtiment en béton réalisé par Kenzo Tange qui a ouvert ses portes en 1955 et qui s’attache, comme l’explique son directeur Kenji Shiga, à faire partager le quotidien des irradiés.
Une partie du musée expose également un panorama historique de la ville d’Hiroshima et de la Seconde Guerre mondiale. Mais la vision proposée est celle du Japon impérial. Aucune explication sur les responsabilités du régime nippon dans la guerre ni sur ses propres horreurs pendant sa domination sur l’Asie. Ce musée de la paix est la meilleure matérialisation de l’exploitation politique d’Hiroshima. Le 6 août 1945, la ville a subi un désastre inconnu jusque là dans l’humanité. Un désastre qui a permis au Japon d’après-guerre de faire oublier son passé de bourreau, pour endosser le statut de victime.